Centre culturel - La Concorde

 

Centre culturel - La Concorde

Localisation: Vernier / GE / CH

Type de mandat: Concours

MaÎtre de l'ouvrage: Ville de Genève

Coût: -

Responsable du projet: O. Guenin - P. Hüni

Collaborateurs: M. Frey - A. Clemente - L. Rahaingonjatovo

CCA - M5.jpgCCA - P4.jpgCCA - M4.jpgCCA - M3.jpgCCA - P5.jpgCCA - M2.jpgCCA - M1.jpg

ANALYSE DES ENJEUX DE LA PROBLEMATIQUE DU SITE/
Au cœur d'un quartier en profond renouvellement, l’îlot A de Châtelaine est un carrefour situé à la pointe d'un quartier urbanistiquement déstructuré et divisé par les infrastructures de transport. Le site ne possède pas d'identité propre et ne constitue un lieu identifiable dans la ville que par ses contraintes de circulations.
Sur une surface peu étendue, le site regroupe à la fois des quartiers de logements en renouvellement, des habitations existantes à l'échelle plus modeste et des axes de circulations importants qui impactent fortement le paysage (train, viaduc automobile, avenue, …).
Avec la création du pôle d'échange de transport multimodal et le prolongement de la voie verte, une opportunité s'offre au quartier de refonder durablement les modes de déplacements sur le site à l'échelle locale. Le projet se doit d'intégrer ces nouvelles données et de les mettre en exergue afin de recréer un équilibre entre l'usage des mobilités douces et des mobilités plus dures.
Le projet a pour objectif de transformer cet ilot en centralité pour le quartier de Châtelaine et de lui donner un rayonnement plus fort grâce à la présence du centre culturel.

Le travail du plan masse vise à recréer une structure urbaine logique et lisible. L'lot A devient alors un pivot entre toutes les ambiances urbaines existantes et futures dans la ville. Les implantations du centre culturel et de la résidence étudiante du projet permettent à la fois de restructurer ce tissu urbain à l'échelle du quartier mais aussi de répondre aux contraintes du site à l'échelle de la parcelle (représentativité et images, risques OPAM, gestion du bruit, flux, ...). Le projet place le piéton et l'habitant au centre de la réflexion.

Concept urbain et implantation des bâtiments
Chaque façade urbaine possède son propre caractère. L'implantation et l'expression des bâtiments répondent à leur contexte.

NORD - PLATEFOME D'ECHANGE MULTIMODALE/
Au nord, le carrefour de l'écu est le futur cœur de quartier avec la création de la plateforme d'échange de transport multimodale. C'est sur cette façade que nous avons choisi de positionner le parvis d'entrée du centre culturel et son entrée principale. Espace le plus urbain du site, il deviendra la vitrine du quartier de Châtelaine et un signal fort dans la ville. Afin de se préserver au maximum des nuisances du site environnant, le centre culturel et son parvis ont été placé à 2m en contre bas de la future plateforme d'échange de transports multimodale. Cette séquence d'entrée permet à la fois une mise en scène de l'accès au centre culturel, une appropriation différente du parvis par rapport à la place haute, et un réglage plus aisé des niveaux de sol du site.

SUD - QUARTIER RESIDENTIEL/
Au sud, la limite de la parcelle est quant à elle en continuité avec le quartier de logements en renouvellement du secteur L. La résidence étudiante est donc positionnée sur cette limite afin de faire la transition entre le quartier résidentiel au sud et le centre culturel au nord. De plus, cette implantation permet de développer les façades du bâtiment hors des alignements des vois CFF et de l'avenue de l'AIN, pour le protéger des éventuelles nuisances.

EST ET OUEST - AXES DE CIRCULATION FORTS/
Sur les façades est et ouest, les voies CFF, l'avenue de l'Ain et le viaduc de l'Ecu sont des axes de circulations importants et potentiellement dangereux. A l'ouest, l'avenue de l'Ain et le viaduc de l'Ecu forment une barrière physique et visuelle dans le paysage et constituent une source de bruit et de danger pour les usagers. Elle est la façade de la vitesse et des accès motorisés sur le site. Les bâtiments du centre culturel et des logements sont donc plus fermés à l'ouest et se protègent davantage des nuisances engendrées. Les accès depuis ces axes sont réduits au minimum (livraisons, entres des artistes du centre culturel).

A l'est en revanche, la voie ferré située en contre bas est plus discrète et constitue un élément de paysage urbain qui s'accorde bien avec le programme du centre culturel. La vue y est dégagée. Bien que le projet intègre des protections exigées par la réglementation OPAM, les programmes publics du centre culturel peuvent se développer sur cette façade pour profiter de la vue.
Accolé au CCC et faisant face à la résidence étudiante, l'hôtel se développe à proximité de l'avenue de l'Ain et tire tous les avantages de cette situation : facilité d'accès et visibilité, proximité directe avec le CCC, accès privatisé et remarquable. I fait la transition entre la résidence et le centre culturel.


COMPACITE ET ESPACES URBAINS/
Les programmes de ce projet sont source à valoriser et animer les espaces publics de la ville de Vernier. Au-delà des simples usagers, les espaces publics créer sur cette parcelle sont un apport pour toute la communauté et profite à chacun. Le projet se veut donc le plus compact possible pour libérer un maximum d'espace au sol, créer des espaces extérieurs aux ambiances variées et laisser la porosité des sols à sont maximum.

Le concept d'implantation vise à créer un cœur d'ilot public protégé qui s'organise entre le centre culturel et les logements étudiants. C'est aussi dans ce cœur que passe la voie verte pour renforcer l'animation et l'attractivité de ce lieu.

CONCEPT PAYSAGER ET APPROPRIATION DES ESPACES EXTERIEURS/
Le traitement paysagé de la parcelle s'adapte en fonction des besoins de chaque espace du site.
La compacité des constructions permet de libérer les sols. Une grande partie de la parcelle est recouverte d'un matériau semi poreux. 
Le parvis d'entrée du centre culturel est laissé très minéral compte tenu de son caractère très urbain. La descente vers le centre est accompagnée par une bande plantée de graminées qui apporte la touche végétale sans entraver la vue.

Un bassin de rétention d'eau est ménagé le long de la façade des voies CFF. Le talus des voies CFF est planté de graminées et petit arbres et arbustes pour créer un matelas végétal. Cet espace est traité simplement pour laisser la possibilité de modifier ce secteur selon les évolutions du projet vers une couverture future des voies.

Avec la création du cœur d'ilot préservé, le projet intègre la possibilité de créer une scène extérieure pour le centre culturel. Le traitement des sols se veut doux et progressif dans le choix des matériaux. Le but étant de laisser ce cœur d'ilot à l'appropriation libre de l'espace par le centre culturel, les étudiants et les passants, peu d'entraves sont mises en place dans cet espace. La voie verte est matérialisée par un revêtement type gore. Bordée d'arbre, elle n'oblige pas non plus à un cheminement précis pour laisser à chacun la liberté de déambulation dans le cœur d'ilot.

Le revêtement de sol semi poreux permet la conception de spectacles soit à même le sol, soit avec l'installation d'une scène temporaire. Le bâtiment du Centre culturel devient le fond de scène, avec la possibilité de réaliser des projections directement sur la façade.
Des incrustations de lumière sont ménagées dans le sol pour mettre en avant les zones majeures du projet : parvis d'entrée, cœur d’îlot.
Les terrasses de la brasserie et du restaurant sont distinct mais reliées par la scène extérieure.

Au centre du cœur d’îlot se trouve un érable argenté (Acer saccharinum) existant conservé dans le projet. Mémoire du passé du site, isolé, l'arbre devient symbolique et constitue un abri qui donne son caractère au cœur d’îlot et en fait un LIEU. Lieu de rencontre et d'échange entre les usagers du CCC, les étudiants et les passants, ce cœur d’îlot est le poumon du quartier. Il sera l'espace des représentations et des expositions extérieurs du CCC, le lieu des promenades dominicales et le point de ralliement des étudiants.

La structure paysagère de l'avenue de l'Ain est une continuité de l'existant. Un glissement de deux rangées d'arbres permet de maintenir un alignement d'arbres constant tout en laissant libre les différents accès sur cette façade (voiture, livraisons, voie verte). L'ensemble des accès motorisés sur le site se font depuis l'Avenue de l'Ain, après le débouchement de la voie verte. On trouve les accès livraisons, les déposes minutes voitures et cars, les deux places de stationnement pour le centre culturel.

Le stationnement des deux roues est localisé sous le viaduc. Des stationnements vélos sont ménagés près de la résidence étudiante et à proximité de la future halte de train.


CCA - picto1.jpgCCA - picto2.jpgCCA - picto3.jpgCCA - picto4.jpgCCA - picto5.jpgCCA - picto6.jpgCCA - picto7.jpgCCA - picto8.jpg

CONCEPT VOLUMETRIQUE DU PROJET/
Le concept volumétrique du projet est basé sur un dialogue entre les deux volumes principaux du programme : centre culturel / hôtel et résidence étudiante. La volumétrie de la résidence étudiante est étudiée pour répondre à celle du centre culturel et de l'hôtel. Ainsi, la barre formée dans les premiers étages devient deux tours de logements en prolongement des façades du centre culturel et de l'hôtel. En plus de créer ce dialogue volumétrique, cette forme diminue l'impact du bâtiment sur le site et permet une meilleure pénétration du soleil dans le cœur d’îlot.

CCC - CENTRE CULTUREL DE CHÂTELAINE/
Le concept du bâtiment du centre culturel repose sur le principe d'un volume simple, indentifiable dans l'espace urbain, qui révèle sur les façades des places urbaines créées son programme et sa richesse spatiale. Le tout est tenu par une peau en résille métallique qui contient le bâtiment sur ses façades latérales et sa toiture. Le projet s'oriente donc nettement sur les façades du parvis d'entrée et du cœur d'ilot, espaces les plus préservés pour les piétons du projet. Ce sont les façades de représentation du centre et de l'hôtel. Largement vitrées, elles sont des espaces de mises en scènes des activités du centre culturel, des vitrines qui révèle la richesse spatiale et programmatique de l'intérieur du bâtiment. Les façades latérales sont plus opaques, percées au minimum des besoins en lumière et en vue des programmes, en réponses aux contraitantes du site. Seul quelques événements viennent percer cette maille pour révéler les programme qui s'y trouver derrière et animer les façades latérales.
Compte tenu de la volonté de grande compacité du projet et de l'importance de l'emprise des salles de spectacles, le parti pris a été de superposer ces dernières afin de dégager un maximum de surface pour créer des espaces extérieurs de qualité. Cette superposition crée un noyau dur autour duquel le programme du centre se développe et s'imbrique. 
Sur l'avant, côté parvis d'entrée, se développe des éléments nobles du programme : foyers des salles, salles de séminaires, une bibliothèque et la grande salle de l'école de danse. Le long des voies CFF, où la vue est dégagée, sont disposés les espaces accessibles au public sous contrôle d'accès : salles de répétition, ateliers des artistes, foyer VIP.
La façade de l'Avenue de l'Ain est la façade technique des livraisons, entrée des artistes et du personnel, administration, loges, et locaux des techniciens. 
Les salles sont superposées sur leurs murs arrière pour pouvoir disposer leurs espaces de montage à proximité du monte-charge.

La dalle de la galerie définie l'espace du hall. En balcon entre le foyer haut et bas de la grande salle, la galerie se met en scène et devient un espace majeur du projet. La brasserie, en continuité du cheminement intérieur, s'ouvre sur la place du cœur d'ilot. Un parcours est créé dans le bâtiment pour relier les foyers de la grande salle et de la petite salle. Un grand escalier relie ces espaces et abouti dans la perspective du foyer de la petite salle qui cadre le paysage.

Le projet est pensé pour que chacune de ses entités fonctionne indépendamment. Les noyaux d'ascenseurs publics sont disposés dans le hall, et chaque secteur du centre possède le sien.

Pour assurer une acoustique parfaite dans le centre, la petite de spectacle est suspendue pour ne pas communiquer avec la grande. Elle est traitée comme une boite isolée dans le volume du bâtiment du centre.

RESIDENCE ETUDIANTS/
Situé en limite sud de la parcelle, le bâtiment de la résidence étudiante constitue une transition douce entre le programme de centre culturel et le quartier résidentiel existant au sud. L'architecture de ce bâtiment renforce et souligne celle du centre culturel, mais possède sa propre identité sur le site. Il n'était pas question de lire ce bâtiment comme une dépendance du centre, mais comme un programme à part entière avec son image propre, en lien avec son programme.

Constitué de murs pignons en béton, murs de refends porteurs et muni d'une façade principale ventilée devant maçonnerie avec un bardage extérieure, la conception du bâtiment se veut simple et économique. Les surfaces vitrées sont minimisées, et aucun balcon n'est créés sur ce bâtiment, compte tenu des contraintes OPAM. Les vitrages sont fixes. La ventilation est assurée par un système de double flux.

Dans la volumétrie choisie, les plans offrent à la fois des espaces compacts et de qualité. Un travail est fait pour valoriser les espaces de vie en communauté : dans les étages, les plans des logements sont conçus pour pouvoir mutualiser les espaces de vie communautaire des salons avec ceux situés en face de la circulation. Au RDC, un grand espace central accueille le foyer des étudiants. Bien que vitré, il crée une percée sur le site qui ouvre les perspectives depuis le cœur d’îlot et diminue l'impact du bâtiment sur le site. Il est bordé par l'administration et l'entrée à l'est, et la bibliothèque des étudiants à l'ouest.

Le deuxième noyau de circulation plus à l'écart de l'entrée de la résidence pourra être utilisé par les familles en cas de réversibilité des logements. Dans ce cas, la tour située à l'est sera consacrées à ces logements familiaux.

Au total, la résidence comprend 341 logements avec : 8% de studios, 36% de 2-3 lits, 56% de 4 à 5 lits. 
Les 30% de logements réversibles se localisent dans le tour est et dans l'emprise de cette tour au 4ème étage.

Sur la façade sud seront intégrés des potagers. De part leur utilité domestique, ces plantations offriront à la rue une ambiance de quartier tout en permettant de réaliser des ateliers-projets entre les habitants historiques et les étudiants, voir même des espaces pour les micro-chantiers. Toutefois les micro-chantiers peuvent bien-sûr aussi se formaliser de manière plus libre, occupant partie du cœur de l'îlot comme par exemple des installations artistiques, du mobilier urbain ou même par des manifestations immatérielle ou spontanée comme des fêtes ou des activités de marché.

Pour pallier au manque de balcon sur le bâtiment, la toiture du 4ème niveau sera végatalisée et accessible aux étudiants. Cet espace extérieur, protégé des risques engendrés par les voies CFF et de l'avenue de l'Ain, constitue un espace extérieur privatif pour les étudiants. Il participe également à l'absorption des eaux de pluies sur le site. 

Evolution du site et phasage pour le projet paysagé et de construction
Conçus comme trois entités indépendantes, les trois programmes de ce projet jouissent d'une indépendance qui permettent de clairement scinder leur financement et phaser leurs réalisations. 
De plus, le dessin du parvis extérieur et du cœur d'ilot pourront s'adapter facilement à la création de la halte train, la création de la passerelle au dessus des voies et la possible couverture totale des voies

OPAM/
Compte tenu des contraintes importantes de cette parcelle, peu d'espaces en périphérie sont adaptés pour la circulation des piétons et l'évacuation des bâtiments. 
L'implantation des bâtiments et la création d'espaces urbains tels que le parvis et le cœur d’îlot sont des moyens efficaces mis en place sur le site pour intégrer les contraintes OPAM sans que la parcelle ne se referme sur elle-même pour se protéger.
Ainsi, le parvis d'entrée du centre culturel positionné à 2m sous le niveau de la rue crée une distance suffisante entre le bâtiment et le viaduc pour mettre les usagers en sécurité. Le cœur d’îlot quant à lui fabrique un espace préservé et suffisamment généreux pour offrir la sécurité à chaque usager.

L'ensemble des accès (excepté l'entrée des artistes) et toutes les évacuations se font sur ces deux espaces et la façade sud des logements.

Les traitements des façades prennent en compte les contraintes OPAM. Pour le centre culturel, les ouvertures sont minimisées sur les façades latérales. Pour la résidence étudiante, aucun logement ne donne sur les voies CFF et l'avenue de l'Ain. Aucun logement n'est muni de balcons. Les fenêtres des logements et des chambres d'hôtel seront fixes. La ventilation sera double flux. Pour le centre culturel, les seuls ouvrants seront les portes d'accès et de sorties du bâtiment.

Sur les deux bâtiments, les façades côté des voies CFF et celle adjacentes sur 20m seront EI90 avec fenêtres EI60. Cote avenue de l'Ain et pont de l'Ecu, les façades et celle adjacentes jusqu'à 25m seront EI60 avec des fenêtres EI30. Les bouches d'aérations seront en toiture. Les clapets de fermeture des prises d'air seront asservis aux détecteurs de chlore et à une alarme transmise par les CFF

DEVELOPPEMENT DURABLE ET CONCEPT ENERGETIQUE/
L'approche du développement durable dans notre projet est tournée vers un aspect écologique fort et une exploitation rationnelle des ressources disponibles. Le but premier est de répondre efficacement aux différentes conditions ambiantes en fonction des utilisations, du nombre variable des occupants et des saisons. 
Pour le bâtiment du centre culturel, nous avons conçu une enveloppe thermique très performante avec un contrôle des apports calorifiques en fonction des besoins spécifiques des différents espaces. L'isolation thermique très performante est obtenue par des matériaux de qualité. Sur les façades latérales, les murs en maçonnerie isolée de 27 à 30 cm d'épaisseur apporte inertie thermique et une très bonne isolation. Les ouvertures sont des menuiseries fixes dans la maçonnerie. Les façades pignons du parvis, du cœur d'ilots et de l'hôtel seront plus ou moins vitrées pour des raisons de coûts. Elles sont constituées d'éléments primaires traditionnelle de type mur rideau à rupture de pont thermique, qui passe devant la structure béton avec un minimum de raccords possibles (sources de déperditions/ponts thermiques maîtrisés). Cette peau est composée de panneaux isolants (U 0.14W/m2K) et de triples vitrages (U 0.5W/m2K). Cette façade assure à elle seule les qualités requises.
Les protections solaire (stores à lamelles et brises soleil) protégeant les ouvertures vitrées sont gérées par une gestion centrale du bâtiment. Ce système fonctionne d'après une programmation propre à l'implantation du centre culturel de Châtelaine et à l'orientation de chaque façade. Il adaptera cette gestion selon les mesures de rayonnement et de températures diurnes et nocturnes relevées en temps réels.
Constitué de murs pignons en béton, murs de refends porteurs et muni d'une façade principale ventilée devant maçonnerie avec un bardage extérieure, la conception du bâtiment se veut simple, économique, et avec une bonne inertie thermique.

ASPECT SOCIAL/
Le concept urbain et d'implantation des programmes sur le site vise à favoriser et renforcer le lien social dans le quartier Châtelaine et à intégrer les étudiants dans la vie quotidienne des habitants actuels.
Le parvis d'entrée du centre et le cœur d’îlot sont de lieux forts d'échange et de rencontres culturelles et sociétales. Accessible à tous, le projet ne se referme sur lui-même mais apporte de nouvelles qualités à l'espace urbain. Un travail sur le lien social entre les étudiants et les habitants est proposé avec la création de potagers sur la façade sud de la parcelle.

1.Stratégie du Chaud : 
Pour le centre culturel, le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire seront assurés par une pompe à chaleur et des sondes géothermiques de moyenne profondeur insérées dans les pieux de fondation du bâtiment. Cette dernière fonctionnera de manière réversible et assurera également les besoins de rafraîchissement des salles de spectacle et de leurs foyers respectifs. Une chaudière à gaz assurera les fonctions d'appoint et de secours. 
Les centrales de ventilation seront disposées aux derniers étages et en toiture pour faciliter la prise d'air neuf et le rejet de l'air vicié, et réduire la distance entre les centrales et les salles de spectacles. Les centrales seront localisées dans le bâtiment pour une gestion indépendante du renouvellement d'air des zones suivantes :
Zone1: Grande salle + Foyer grande salle. + Locaux
Zone 2: Petite salle + Foyer petite salle.
Zone 3: Bureaux, administrations, loges
Zone 4:Autres locaux.
Zone 5 Hôtel
Zone 6: Restaurants 
Zone 7 :Logements d'étudiants
En toiture seront disposés des panneaux solaires thermiques pour l'eau chaude sanitaire et panneaux photovoltaïque qui compenseront la consommation électrique du bâtiment, dont la consommation de la pompe à chaleur.

Pour le logement étudiant, le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire seront assurés par une pompe à chaleur et des sondes géothermiques de moyenne profondeur insérées dans les pieux de fondation du bâtiment. Des apports solaires passifs viendront compléter le système de chauffage basse température.

2.Stratégie de l'Aération : 
Pour l'ensemble des bâtiments du projet, compte tenu des activités contraintes OPAM qui ne permettent pas la ventilation naturelle en façade, il est indispensable d'assurer une qualité d'air optimal et des conditions ambiantes adéquates en toutes saisons.
Pour le centre culturel, il est prévu une ventilation douce à double-flux pour l'ensemble des locaux nécessitant un traitement de l'air. Toutes les installations de ventilation double-flux seront équipées d'un système de récupération d'énergie avec un rendement jusqu'à 80%. De plus, pendant la période estivale, ces installations sont conçues de façon à exploiter au maximum les possibilités de refroidissement par l'air extérieur, dans les limites permises par l'enthalpie de celui-ci, fonctionnement en Free- Cooling. L'air neuf minimum hygiénique pour les besoins physiologiques des personnes et l'air extrait sont filtrés. 
Pour la résidence étudiante, un système de ventilation double flux est prévu. Des monoblocs seront disposés en toiture. Le première distribution se fait horizontalement en toiture puis rejoint des colonnes de distributions verticales qui traverse l'ensemble du bâtiment. 

3.Stratégie de l'éclairage
Dans le présent projet, une attention particulière sera apportée à l'économie notamment:
choix des matériaux, sources lumineuses, gestion de l'éclairage et des stores 
, Dans les espaces communs du centre culturel, hall et zones de circulation, la gestion de l'éclairage sera adaptée aux heures de présence des utilisateurs. Une gestion par commande horaire et détecteurs de présence, permet au mieux de garantir le niveau d'éclairement recommandé. Dans les locaux recevant la lumière du jour, tels que les bureaux et administrations, l'éclairage sera géré à l'aide de sondes de luminosité et de détecteurs de présence. Les commandes de stores seront intégrées dans le système de gestion du bâtiment.
L'installation d'un éclairage de secours, pour le balisage et la signalisation des issues sera assuré par des luminaires de secours autonomes, des modules secours-permanent incorporés dans les luminaires ou par des armoires d'énergie centralisées. 
Pour la résidence étudiante les locaux communs seront éclairés avec un système sur détection et minuterie. Les éclairages seront munis de lampes à basse consommation.

Les bâtiments du site sont architecturalement étudier pour fournir une quantité de lumière naturelle suffisante pour chaque espace et ainsi minimiser les apports en lumière artificielle.

4.Stratégie de la Régulation : 
La gestion des installations de chauffage et de ventilation sera assurée par un système de régulation et gestion numérique permettant une optimisation de la consommation énergétique se conformant aux standards Minergie P. 
La régulation permettra le réglage individuel de chaque installation, ainsi que le contrôle des heures de fonctionnement et des puissances électriques consommées. Les installations de ventilation et les secteurs de chauffage seront équipés de compteurs électriques et thermiques. Les appareils de mesure mis en place au niveau des énergies chaud et électricité permettront d'établir un document informatisé dans lequel apparaîtront les relevés de ceux-ci. Après la mise en service des installations, il sera possible d'établir un rapport comparatif entre les indices prévus dans la demande originale et les indices issus des consommations effectives.

5. Eau pluviale: 
Sur le site du projet, une quantité certaine de sols poreux et semi poreux est prévue pour l'absorption es eaux de pluie. Un bassin de rétention d'eau est prévu le long de la façade du centre culturel donnant sur es voies CFF
Le Logement d'étudiant est pourvu d'une toiture végétalisée, type Hydopack, assurant une rétention accrue de l'eau en toiture, un atout pour l'environnement, l'isolation phonique et la santé par l'apport d'oxygène et la filtration des polluants atmosphériques. 
Une partie de l'eau de pluie est absorbée directement par les plantes, une autre partie, absorbée par le substrat, s'évapore directement dans l'air, soit, annuellement une absorption de 50% de l'eau de pluie qui ne s'écoule pas dans les canalisations. 
De ce fait, une économie financière importante est réalisée en évitant l'installation d'un système de récupération des eaux de pluie.
Pour la construction de l'ensemble des bâtiments, l'accent est mis sur des matériaux écologiques (béton recyclé, verre, utilisation de bois indigènes, matériaux recyclables et à faibles énergies grise) et la préfabrication (poteaux porteurs, huisseries, revêtements, etc.). D'autre part, une bonne gestion des déch

CCA - P3.jpgCCA - P2.jpgCCA - P1.jpg